Comment sont fabriquées les brosses à dents J’aime mes dents ! ?

Voilà près d’un an que nos premières brosses à dents ont quitté Angers pour vous rejoindre, vous, heureux propriétaire de ce bel objet naturel qui venait remplacer vos brosses fabriquées pour la plupart en plastique.

Un an que nous collaborons avec une société chinoise spécialisée dans le travail du bambou et plus particulièrement dans la brosse à dents en bambou. Un an que nous apprenons à travailler avec une des collaboratrices de cette société avec laquelle nous échangeons fréquemment. Mais aussi un an que nous rencontrons des difficultés à en savoir plus sur la fabrication en elle-même.

Récemment nous avons donc choisi de faire appel à un expert qualité, habitué à travailler avec des sociétés chinoises dans différents domaines, afin d’en savoir plus à la fois sur les étapes de création de notre produit, mais également sur la composition réelle des poils de notre brosse à dents… car contrairement à ce qu’on a pu lire récemment, il n’est pas si facile que ça de trouver un laboratoire capable d’analyser ce type de fibre.

Du manche aux poils, on vous raconte tout sur nos brosses à dents !

Avant de vous en dire plus sur le produit en lui-même, commençons par vous parler du bambou

Alors, oui commençons par le commencement. Le bambou est LA matière principale de nos produits.

Nos brosses à dents sont fabriquées en bambou… et qui dit bambou dit Asie. L’espèce utilisée rejette beaucoup d’oxygène et consomme également beaucoup de dioxyde de carbone, en plus d’avoir une croissance ultra rapide. Son recyclage est ainsi facilité et permet de réduire très fortement son bilan carbone sur l’ensemble du cycle de vie.

Nous avons cherché à produire nos brosses à dents au plus près de ces plantations et la Chine est rapidement arrivée comme le lieu de fabrication le plus adapté. En effet, seul ce pays (et l’Inde, à moindre mesure) dispose de la matière première et des compétences pour confectionner ce type de produit. La brosse à dents est fabriquée artisanalement (vous pourrez le voir assez facilement puisqu’aucune brosse à dents n’est similaire) dans une usine proche des plantations qui respecte les normes CE. Cela permet ainsi de conserver le côté naturel du produit.

L’empoilage, la gravure (de certaines de nos brosses) et la mise sous emballage (sachet en fibre de coton) sont également réalisés au sein de la même structure chinoise qui emploie actuellement 34 personnes, à Ningbo au sud de Shanghai.

À la question : il y a plein de bambou en France, la preuve mon jardin est envahi, pourquoi ne l’utilisez-vous pas ? La réponse est assez simple en fait : l’espèce spécifique qui a été retenue pour la fabrication des brosses est le bambou moso et le climat français ne permet pas de pouvoir le faire pousser de façon optimale malheureusement (ou pas… étant donné son côté envahissant). Il est utilisé car il dispose de qualités indéniables à la fabrication d’un produit tel qu’une brosse à dents :

  • il est naturellement antibactérien et imputrescible ;
  • sa culture (dans son milieu naturel) ne nécessite ni arrosage, ni engrais, ni pesticide ;
  • sa croissance hors-norme : il pousse jusqu’à un mètre par jour pendant sa période de croissance et atteint une vingtaine de mètres en quelques mois seulement ;
  • c’est l’une des seules -si ce n’est la seule- espèces de bambou qui n’est pas consommée par les pandas.

Petite précision complémentaire et non des moindres, le bambou moso utilisé pour la fabrication de nos brosses à dents provient d’une forêt naturelle portant le label environnemental FSC (Forest Stewardship Council). Ce dernier permet de nous assurer d’une exploitation durable et responsable, respectueuse de la biodiversité, des ressources en eaux, des sols et des paysages.

Passons à la fabrication des manches

Après plusieurs longs échanges, nous avons enfin pu avoir accès à une visite guidée via des photos des différentes étapes qui séparent le prélèvement du bambou moso de sa forêt de la fabrication du manche de la brosse à dents que vous pouvez retrouver chez vous. [Les étapes peuvent différer selon le modèle de la brosse à dents (plate, ronde…).]

Après 3 années de culture (sans aucun arrosage ni pesticide), le bambou est abattu à la main. Il est ensuite découpé en grands morceaux d’environ deux mètres de longueur, puis en bâtonnets plus petits. Afin d’enlever les éventuelles impuretés, il est trempé dans l’eau bouillante pendant 3 heures. Cette longue ébullition est bien sûr suivie de différentes étapes de séchage.

Vous l’aurez remarqué, jusqu’ici le bois n’a pas encore été travaillé. Il est encore très loin de ressembler au manche de vos brosses à dents. Rentrons dans le vif du sujet et passons dans l’unité de production située à Ningbo.

C’est ici que les bâtonnets de bambou sont découpés et polis. Certains modèles, dont nos modèles adultes et enfants nécessitent davantage d’étapes avant d’arriver à un manche rond : un premier polissage réalisé à l’aide d’une première machine permet d’obtenir la forme arrondie du manche puis vient une phase de polissage manuel où plusieurs employés se chargent des finitions au niveau de la tête de la brosse.

Voilà, le manche confectionné, le bambou brut commence à “ressembler” au produit final. Mais où sont les poils ? Avant de parler d’empoilage, parlons de perforation. Les manches doivent être perforés afin d’accueillir les poils de la future brosse à dents.

Une fois ces trous réalisés, il est donc temps d’insérer les poils. Cette étape d’empoilage, l’une des plus complexes du processus de fabrication, est réalisée poil par poil à l’aide de la machine ci-dessous.

La brosse à dents est alors (presque) terminée. Il ne reste plus qu’à la graver : uniquement les séries J’aime mes dents ! pour nous. Pour les brosses à dents personnalisées à l’unité sur le site ou pour nos distributeurs, nous avons opté pour un partenariat local, avec une société située tout près d’Angers.

Et les poils alors ?

Nous vous le disons depuis le début de l’aventure, les poils de nos brosses à dents sont fabriqués à partir de fibres de bambou – ce que notre fournisseur nous assurait.  Nous nous étions promis de réaliser des analyses dès que possible afin de valider cela.

La recherche de laboratoire a été beaucoup plus longue que ce que nous imaginions. Nous avons contacté plusieurs laboratoires qui pour la plupart nous ont indiqué que ce n’était pas dans leurs attributions d’analyser ce type de fibre.

En fin d’année 2017, nous pensions tenir une bonne piste avec un laboratoire rattaché à une Université, mais nous avons été assez vite refroidis par leur proposition très onéreuse pour une société en plein démarrage comme l’était la nôtre. Cependant, après plusieurs échanges de mails, nous avons obtenu une information importante de la part de notre interlocuteur. Il a consulté un de ses collègues vietnamiens, directeur d’un centre de recherche sur le bambou : les poils de brosses à dents peuvent tout à fait être réalisés soit à partir de Nylon, soit à partir de fibre de bambou.

Fort de cette information, nous avons donc continué à rechercher un laboratoire qui pouvait nous accompagner sur une telle analyse. Et c’est chose faite puisque nous avons réussi à en trouver un il y a quelques semaines. La première étude que nous avons pu financer a été réalisée au microscope électronique à balayage. Elle indique que les poils sont en polymère, mais ne peut ni confirmer ni infirmer que le polymère est à base de bambou.

Suite à ces résultats, nous avons donc décidé de questionner à nouveau notre fournisseur. Après plusieurs échanges, son discours a quelque peu évolué. Finis les poils uniquement en fibre de bambou, place à des poils composés à 40% de fibre de bambou et 60% de nylon-4 (le nylon biodégradable)…

Pour nous assurer de ces résultats, nous avons décidé (comme indiqué un petit peu plus haut) de faire appel à un expert qualité qui a vécu en Chine, à Ningbo, et qui à l’habitude de travailler avec les Chinois. L’objectif ? Nous aider à en savoir plus et à récupérer le certificat matière correspondant aux poils utilisés dans la fabrication de nos brosses à dents.

Lors des premiers échanges, notre interlocutrice confirmait le mélange fibre de bambou et nylon-4. Après plusieurs jours de discussion, l’apport des tests que nous avions pu réaliser et ceux réalisés par d’autres acteurs du marché de la brosse à dents : le discours était en train de changer. Fini le mélange, place à du nylon 6 coloré, avec certificat matière à l’appui… 🙁 Selon le fournisseur, les poils de nos brosses à dents ne sont pas fabriqués à partir de fibres naturelles, mais en nylon 6.10.

Nous pensions nous arrêter là dans les surprises mais finalement, après de (nombreux) nouveaux échanges, ils nous ont avoué, en fin de semaine, que les poils étaient réalisées en fait en PBT. En quoi ? PBT = Polytéréphtalate de Butylène, il s’agit d’un là d’un polymère industriel, comme le nylon.

Et c’est quoi la suite alors ?

La suite ? Une chose est sûre, elle passera par ce qui a toujours été dans nos valeurs : la transparence et le respect de nos clients. C’est ce qui nous motive depuis le début de l’aventure. Alors certes, nous avons été trompés par notre fournisseur qui, sans tous les efforts que nous avons faits, n’aurait sûrement probablement jamais avoué cette pratique commerciale ce mensonge, mais nous n’allons pas nous arrêter là !

Nous aurions pu continuer à vendre nos produits comme des produits naturels jusqu’aux poils, mais ce n’est clairement pas notre volonté. Tromper le consommateur est bien loin de notre ADN.

Dès le début de l’aventure nous avons communiqué sur la provenance de nos brosses, nous n’avons jamais souhaité insister sur le fait que J’aime mes dents ! était une marque française, jamais nous n’avons utilisé de drapeau français, jamais nous n’avons parlé d’origine France garantie… autant d’arguments brouillant (volontairement ou non) l’esprit des consommateurs. Car soyons clair, aujourd’hui aucune brosse à dents en bambou du marché n’est fabriquée en France, seules certaines finitions le sont (comme la gravure chez nous par exemple).

Quel avenir pour les poils des brosses à dents J’aime mes dents ! ?

Il est important de scinder la réponse en deux, en prenant en compte une notion essentielle : le temps.

Tout d’abord, nous allons changer de fournisseur afin de nous tourner vers une société en laquelle nous pourrons avoir confiance. Comment faire pour accorder notre confiance à une société après ce qu’il s’est passé ? Nous allons poursuivre la collaboration avec l’expert qualité dont nous avons parlé à plusieurs reprises dans l’article : grâce à lui nous allons mettre en place un cahier des charges bien précis présentant les caractéristiques principales des produits souhaités. Nous allons également nous assurer que cette société travaille avec un fournisseur de fibres de confiance : la société DuPont par exemple.

Malheureusement et comme vous l’aurez compris dans cet article, la fibre naturelle tant attendue n’a pas l’air d’exister réellement. Nous allons donc opter dans un premier temps pour un matériau biosourcé à plus de 60% : le Nylon 6-10 ou 6-12 (selon le fournisseur). En ce qui concerne la couleur, nous avons choisi de ne pas utiliser de colorant : les poils de nos brosses seront  transparents.

60% seulement ? Selon nos recherches, un projet de nylon 100% biologique a bien vu le jour en 2013. Malheureusement, la société californienne à l’origine du nylon 6,6 biologique n’a pas réussi à réunir les fonds suffisants pour faire progresser sa technologie et s’est retrouvée en liquidation en mars 2018… De nouvelles sociétés se seraient penchées sur le sujet et auraient lancé des projets de R&D en début d’année. À voir !

Dans un second temps, il est important de préciser que des contacts ont été pris avec un bureau d’étude français spécialisé dans le développement de produits à base de bioplastiques composés en majeure partie de matières premières biosourcées et biodégradables.

Un premier pas vers une brosse à dents J’aime mes dents ! Made in France.

En effet, nous parlons depuis le début de l’aventure de fabriquer une brosse à dents française et naturelle. Nous travaillons activement à la recherche de partenaires de confiance, prêts à nous accompagner ! Nous avons plein de belles idées mais nous pensons que vous être les mieux placés pour nous dire ce que vous, vous en pensez : nous allons vous solliciter dans les semaines qui arrivent ! 😉

Notre motivation, nos envies et ces derniers événements nous confortent dans l’idée que nous devons accélérer.

Alors promis, nous revenons vers vous très vite !! 🙂